Catégories
Actu politique

Moïse Jean-Charles sera-t-il le prochain président d’Haïti?

Qu’il soit entendu que je n’ai pas l’intention de promouvoir Moïse Jean-Charles à travers cet article. Mon objectif c’est d’évoquer quelques points qui émaillent l’homme politique qu’il est, afin de pouvoir étudier ses chances réelles de devenir ou pas le prochain président d’Haïti.

D’emblée je pars à l’idée que Moïse Jean-Charles, pour une deuxième fois, va se porter candidat à la prochaine présidentielle. D’ailleurs il bénéficie l’image de l’homme politique le moins contesté du moment parmi les différents aspirants du pouvoir, il jouit également d’une certaine notoriété politique importante. Je vais essayer de montrer  comment MJC arrive-t-il à créer sa notoriété politique? Et quelles sont ses chances de devenir  prochain le 59ème président d’Haïti?

  • Une notoriété construite avec le statut d’opposant politique

Pendant l’administration du président René Garcia Préval, Moïse Jean-Charles avait un statut de conseiller du président avant de devenir maire de Milot une ville située dans le nord du pays. Alors qu’en ce temps-là, MJC était un anonyme, en tout cas inconnu du grand public. Il fallait attendre l’ère du Président Michel Martelly en 2011 pour assister à l’embryon de ce qui va devenir Moïse Jean-Charles d’aujourd’hui chef de la plateforme PITIT DESSALINES.

Martelly avait une grande capacité d’attirer les foudres de l’opposition politique.  D’ailleurs  il a été ironiquement critiqué en se faisant appelé “faiseur de roi”.  Son arrogance politique a permis à Don Kato de faire un maximum de capital politique qui lui a in fine facilité l’accès au parlement comme sénateur. Martelly a donné également  une grande popularité aux journalistes Liliane Pierre Paul et Jean Monard Metelus . Moïse Jean-Charles, sénateur d’alors faisait partie de ceux qui ont pu  bénéficié de l’arrogance et de la médiocrité politique de Martelly. 

Le gouvernement de Martelly-Lamothe a permis à MJC de mettre en relief son esprit critique et sa capacité à trouver des dossiers compromettants et sensibles qui ont mis à plusieurs reprises l’administration rose dans l’embarras. À titre d’exemple, Moïse Jean-Charles a affirmé que Michel Martelly aurait exercé des violences sexuelles et physiques sur son épouse, Sophia Martelly, il a insinué également que Michel Martelly serait impliqué dans des actes de kidnapping et de narcotrafic. et sans oublier l’affaire de la double nationalité de ce dernier. MJC avait compris qu’il fallait attaquer Martelly jusqu’au bout afin de pouvoir développer sa notoriété politique. MJC a imposé au gouvernement Martelly-Lamothe une opposition radicale.

Toutefois il faut reconnaître que MJC a pu construire sa notoriété politique face à Martelly parce qu’il savait comment s’y prendre. Il avait compris qu’en politique, il faut avoir un adversaire clairement identifié pour pouvoir augmenter sa légitimité dans l’arène politique. Cette notoriété politique stratégiquement gagnée, MJC allait la confronter à la présidentielle de 20215-2016. Ce que Steven Benoit n’as pas su faire après son succès politique avec le salaire minimum.

Malgré qu’il n’arrivait pas à se faire élire durant cette élection, MJC a quand même marqué les esprits à travers ses différentes dénonciations, révélations, et  prophéties qui étaient un pan fort de sa campagne. On a bien compris que c’est cette notoriété politique qui lui a permis d’arriver à la troisième place juste devant la candidate du parti « fanmi lavalas » porté par le leader charismatique l’ancien président Jean Bertrand Aristide.

Constatant que son projet de devenir président d’Haïti  avait été battu, il a joué la carte de l’élégance politique en acceptant la défaite et annoncer par la même occasion qu’il laisse 100 jours au nouveau président nouvellement élu Jovenel Moïse de poser les bases et les directives de son gouvernement. Après les 100 jours d’observation, MJC reprend son chapeau de membre l’opposition avant de passer peu plus tard à l’opposition de l’opposition.

  •   Une notoriété confortée par la stratégie de « l’opposition de l’opposition »
  • Ses débuts entant que opposant du président Jovenel Moïse

Pour ma part, MJC était déjà un opposant naturel de Jovenel Moïse en raison de son parrain Michel Martelly. Donc pour Moise Jean-Charles la logique était simple ; l’allié de mon adversaire est aussi mon adversaire. En tout hâte, après que les 100 premiers jours de Jovenel Moïse sont passés, le leader de la plateforme Pitit Dessalines n’a pas hésité à revenir sur la scène pour critiquer les actions du gouvernement en commençant  par les faiblesses de la  “le caravane changement”. Quand les dérives ont commencé à proliférer au sein des actions gouvernementales, MJC  reconnu pour être un jusqu’auboutiste,  opte pour une opposition totale à Jovenel en refusant toute forme de négociation et de dialogue. Le vote contre le Venezuela du président jovenel, le dossier petro caribe et la corruption sont les différents dossier sur lesquels s’attardent MJC pour faire sombrer le gouvernement.

MJC a compris une chose fondamentale : pour rester en vie politiquement il faut investir l’espace public autant que possible.   impopularité. 

  • Moïse Jean-Charles vu comme l’opposition de l’opposition

en Haïti il est de tradition d’avoir une opposition émiettée et très peu solidaire, c’est pour cela qu’on entend souvent l’expression “d’opposition plurielle”. Ce qui n’est pas dérangeant en soi, car toute régime démocratique implique, selon la théorie politique, la présence de force d’oppositions. Par contre ce qui est  gênant, c’est que la forme d’opposition qu’on a en Haïti est typologisée de déviante et déloyale par certains auteurs (KIRCHEIMER O., Politik und Verfassung) de la littérature classique de la notion. Les auteurs expliquent que dans une forme d’opposition déviante ou déloyale les acteurs ne reconnaissent pas le droit de l’autre d’être au pouvoir et  agissent de manière irresponsable.

Ainsi, dans l’interstice des luttes de l’opposition réclamant la démission du président Jovenel Moïse, soit le 7 mars 2019, la dissension de l’opposition est actée par André Michel en boycottant la mobilisation qui devrait lieu en cette même date. Ce boycott , explique André Michel, est du au fait que Moïse Jean-Charles aurait agit de façon unilatérale en décidant à lui seul la date et le parcours de la manifestation(Haïti News 2000).

À partir de ce hic, MJC se détourne le regard presque totalement de Jovenel pour le tourner vers l’autre branche de l’opposition. Ce combat politique on a pu le constater, a été plus bénéfique politiquement pour MJC que l’autre branche de l’opposition qui a trop de chose à se reprocher qui plus est n’est pas bien vu en terme d’image politique au sein de la population. ils sont associés à la corruption et à la délinquance politique

Il est frappant de rappeler également que cela a déjà été produit entre Moïse et Lavalas lors d’une manifestation à vocation de faire tomber Martelly du pouvoir. En effet, MJC a son mode opératoire qui lui garde jusqu’à présent en bonne posture politique sur l’agora.

  • MJC et son intelligence politique

MJC a compris une autre chose assez fondamentale dans la politique c’est qu’il sait OSER; il a de l’audace et du courage. MJC c’est quelqu’un qui va là ou les autres n’y vont pas par pure stratégie. Par exemple MJC c’est le seul à vouloir conduire chaque grande mobilisation populaire en direction de l’ambassade américaine. alors qu’il a compris que c’est un parcours qui fâche, il le propose à chaque fois. C’est pour lui une source de capitalisation politique et grâce à cette stratégie, il se donne l’image du leader politique n’ayant aucune peur d’affronter les Etats-Unis.

MJC c’est aussi quelqu’un qui réussit souvent ses coups de com’. Je pense à Moïse sur son cheval en pleine mobilisation politique, je le vois brandir son drapeau de couleur noir et rouge au Cap-Haïtien et à Port-au-Prince, je l’entends présenter ses excuses au Venezuela au nom du peuple haïtien suite au vote défavorable de Jovenel contre ce pays ami, je l’entends répondre à Edmonde Beauzile “ansyen dayiva kòn siye” , je le vois apporter son soutien à Martine dans les funérailles du défunt Jovenel Moïse etc.

Et, Il arrive  à tirer le meilleur de toutes ces actions politiques qui ont augmenté sa notoriété politique.

  • Moïse Jean-Charles et son image politique

Si l’on se moque parfois de l’accent et du style langagier de MJC, à contrario l’on remet moins souvent son intégrité politique, sa réputation et sa cohérence. Il est courant d’entendre que tous les éléments de la classe politique “gen grenn zanno yo kay òfèv”; Mais, MJC a tout fait pour que son nom ne soit cité dans aucun scandale de corruption ou autre. Cela constitue pour lui une belle longueur d’avance sur les autres figures politiques de la classe politique en lice. De toute évidence, c’est ce qu’il a compris quand il a engagé son combat contre l’autre branche de l’opposition. Sachant qu’il jouit d’une certaine intégrité, en quelques jours il a affaiblit à lui seul l’autre partie de l’opposition ayant pour porte-parole l’avocat André Michel, alors qu’en face leur seule arme d’attaque était de dire que Moïse Jean-Charles est en train de faire le jeu du président  Jovenel Moïse.

Force est de rappeler aussi que MjC a eu le mérite politique d’avoir été l’homme qui a prophétiser sur les conditions sociales du pays en cas d’élection de Jovenel Moïse en 2016. On l’a vu, durant le mandat de Jovenel, les conditions socio-économiques des haïtiens se détériorent et se dégradent considérablement. Toutes ces petites choses ont contribué à donner au leader du parti” pitit Dessalines” une bonne image politique.

Machiavel est l’un des auteurs qui pense à la puissance de l’image dans la construction du pouvoir et de la notoriété politique. Il souligne que le travail sur l’image de soi, sur le regard que porte le peuple sur le (prince) leader sont les éléments qui construisent sa domination. En effet, sans conteste Moïse Jean-Charles jouit d’une notoriété politique non négligeable et d’une image politique assez soignée . Maintenant, il reste à savoir si tout cela est suffisant à faire hisser Moïse Jean-Charles à la magistrature suprême d’Haïti.

  • Les facteurs favorables à l’élection de MJC à la prochaine élection présidentielle

La réalisation des prochaines élections en Haïti est encore indécise alors qu’on peut déjà facilement  identifier déjà certains candidats à la prochaine présidentielle. Arrivé en troisième position lors de la dernière présidentielle, MJC va sans doute réessayer de transformer son capital politique en vote favorable. Parmi tous les prochains candidats identifiés, MJC me semble être le candidat qui est le mieux coté et être donc en passe de gagner.

, thème que j’ai priorisé à celui de popularité en raison de la charge sémantique de ce dernier. Si la popularité se définit comme le fait d’être aimé et admiré du peuple, il est donc un abus de langage de parler de popularité dans un pays à fonctionnement clanique voire quasi-tribal comme Haïti. je tiens à souligner que je fais cette considération par rapport à la conjoncture actuelle car on le sait tous Haïti a déjà connu de grand leader charismatique avec une popularité mythique.

Comparativement à d’autres prochains candidats Moïse, pourrait compter sur une base électorale c’est-à-dire des citoyens qui lui sont fidèles, qui ont déjà voté pour lui et qui vont revoter en sa faveur. Il faut rappeler que c’est aspect est fondamental dans toute lutte pour le pouvoir politique d’avoir une base politique. Dans l’ensemble, MJC a non seulement développer sa notoriété politique au fil des années en parvenant à construire un socle politique; il a réussi à populariser son projet politique axé sur l’idéal Dessalinien; il a créer un clivage sociale qui lui est bénéfique politiquement , je veux parler de “pitit Dessalines” face à “pitit Pétion” ; il a plus ou moins gérer sa réputation politique et il a dévoilé par la même occasion son endurance politique, son sens de jusqu’auboutisme. Ce sont là donc des avantages majeurs et favorables susceptibles de permettre à MJC d’arriver en première position à la prochaine présidentielle.

D’autres facteurs exogènes qui pourraient être favorables à l’élection de MJC c’est d’abord l’absence quasi totale de grandes figures politiques en concurrence. Car, il y a différents personnages vedettes de la classe politique qui ont été avilis pour cause de corruption ou autre. Alors que ceux qui gardent encore une certaine intégrité ne sont pas assez suivis et entendus. Ensuite, les désastres politique, économique et sociale qu’ont causés le régime PHTK ces 10 dernières années font naitre chez certains citoyens une envie d’essayer un autre projet politique. Aujourd’hui ils sont nombreux sur les réseaux sociaux à faire passer leur position politique en évoquant le slogan jusqu’au bout. il y a certains jeunes qui ne cachent leur envie de voter pour MJC à la prochaine présidentielle pour sa cohérence, sa vision, sa réputation politique etc. ce faisant, si on ne peut pas dire tout bonnement que MJC sera le prochain président élu d’Haïti, on peut affirmer toutefois qu’il est la tendance.

  • Qu’est-ce qui pourrait empêcher à Moïse Jean-Charles d’accéder au pouvoir?

Sans que l’on puisse affirmer le contraire, la mort reste la première chose qui pourrait empêcher à quiconque d’atteindre son but. À ce la s’ajoute tous les aléas de la vie en générale et de la politique en particulier. En ce qui concerne les aléas de la vie, je pense à Egard Morin postulant que toute vie est navigation dans un océan d’incertitude et il nous est impossible de supprimer l’incertitude de nos destins. Il pense que nous devons nous attendre toute notre vie à l’inattendu (Leçons d’un siècle de vie, 2020). Alors que le terrain de l’élection semble être dégagé pour MJC, il ne faut pas qu’il perdre de vue sur les incertitudes de la vie et les incertitudes politiques tout court qui s’inscrivent dans la nature même de la politique comme activité de lutte de pouvoir. 

En politique les incertitudes prennent souvent la forme de rebondissement, de piège, de chantage, de complot etc. On a des centaines d’anecdotes dans l’histoire politique nationale et mondiale où des hommes politiques puissants ou pas voient s’envoler leur popularité à cause d’un rebondissement lié à la corruption ou à un scandale sexuel etc. Je pense que MJC n’est pas exempt de tous ces aléas. Que sait-on, il existe peut-être des dossiers compromettants sur lui qui pourraient rebondir et tout gâcher.

En gros, presque tous les facteurs qui semblent favorables à l’élection de MJC sont des variables c’est-à-dire que sa notoriété, sa réputation, sa base électorale pourraient basculer au point mort à tout moment. Il suffit juste d’un scandale sexuel, d’un complot, d’un piège politique, d’une mauvaise alliance etc. De surcroit, avec les réseaux sociaux l’information est instantané, tout va très vite et il est compliqué de rectifier…

Autre chose ce à quoi MJC doit s’attendre, c’est le phénomène de parachutage politique qui dans les dernières élections a déjoué la classe politique. Je pense à Martelly et à Jovenel qui n’étaient pas, avant leur élection, des acteur politiques mais qui a quand même parvenu à mettre en échec les candidats de la classe politique. Cela n’exclut pas pour autant tout questionnement sur   les conditions par lesquelles ils s sont parvenus à être élu; mais ça c’est un autre débat. Par conséquent, On ne sait pas s’il ne va pas y avoir une nouvelle figure qui arrive, de la diaspora ou qui était dans l’anonymat et qui va supplanter MJC.

Malheureusement, en Haïti il n’y a aucun contrôle sur les dépenses dans les campagnes électorales ce qui fait que, c’est le candidat qui a beaucoup plus de ressources financières qui a plus de chance d’être élu. 

  • Conclusion

En somme MJC a beaucoup de chance pour être le prochain président d’Haïti. Si son intelligence politique et son projet politique sont les seules constantes, il peut s’appuyer toutefois sur des variables fortes comme sa notoriété politique, son projet de société, sa réputation et sa base politique afin qu’il puisse parvenir à se hisser à la magistrature suprême de l’Etat. Mais en réalité, rien n’est joué d’avance, on sait que les conjonctures politiques sont mutables et fragiles. Pour se préparer au mieux, MJC doit continuer à se renforcer à travers la plateforme “pitit Dessalines”. Il doit utiliser davantage les réseaux sociaux pour présenter et expliquer son projet de société, il doit laisser la place à d’autres dirigeants  afin qu’ils puissent parler au nom de la plateforme  également. Il doit mettre au travail de manière intensive son équipe de communication et stratégie politique. Je pense que MJC devrait corriger les comportements qui font qu’on pourrait l’identifier à PHTK.

Quoi qu’il en soit , MJC doit trouver des moyens de financement qui n’entravent pas sa réputation et le progrès économique du pays en cas de son élection. En dernier lieu, vous le savez autant que moi que, la communauté internationale, depuis un certain temps, joue un rôle qui pèse beaucoup sur nos élections. Et, on est nombreux à penser que le projet politique de Moïse Jean-Charles pourrait être un élément gênant pour le projet du core group. Donc la communauté internationale pourrait être un frein à l’ambition de MJC de devenir le 59ème président d’Haïti.

écrit par Odney LUNDI

Politologue et Communicant Politique

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn